Recourir aux services à la personne apprend la patience

 Dans Actualités

Isabelle C n’est pas du genre à s’atermoyer sur son sort. Là ou d’autres personnes atteintes par une pathologie invalidante, auraient renoncé, cette jeune femme très dynamique de 29 ans déborde de projets et entend bien les mener à son terme alors que la maladie a bouleversé sa vie il y a plus de trois ans. Consciente qu’elle devra recourir momentanément aux services à la personne, elle en découvre l’impérieuse nécessité, mais l’expérience prend du temps avant d’aboutir, grâce à la patience de tous.

Le temps est son allié

Isabelle : « C’est difficile d’accepter que des gens intègrent votre domicile, votre vie et votre intimité ». Assistée par les assistantes de vie d’une grande structure, Isabelle ne trouve pas ses marques tout de suite. Il faudra du temps et un changement  de service pour qu’elle s’adapte à ses auxiliaires et que ces dernières la comprennent. Finalement, avec des hauts et des bas ces accompagnements à la personne successifs se révèlent satisfaisants et lui permettent d’acquérir cette autonomie qui lui fait tant défaut. Après avoir maudit les auxiliaires de vie, la jeune femme se rend compte que l’amélioration de sa situation est due à son caractère combatif et rebelle, mais aussi à l’assistance de ces aides à domiciles qui la font progresser au quotidien

Puis, elle se tourne vers Atousages, agence de taille plus humaine, et reconnaît le professionnalisme de l’équipe d’auxiliaires, fidèles, dont le travail consiste à amener la personne vers plus d’autonomie.

« J’ai le sentiment que mes auxiliaires regardent dans le même sens que moi. Je peux, aujourd’hui, vivre en quasi-autonomie. Je réduis mes demandes d’intervention parce que mon but est de retrouver ma liberté. Et chez Atousages, j’ai trouvé des filles super, qui m’encouragent et me laissent faire moi-même. Aujourd’hui j’éprouve de la reconnaissance envers toutes celles qui m’ont suivie ».

Une vie de jeune femme

Maintenant, Isabelle fourmille d’idées. Après avoir été coordinatrice de projet, animatrice auprès d’enfants, elle suit désormais des cours d’illustrations pour livre d’enfants, se rend au sport avec son auxiliaire, sort et s’amuse avec ses amis, comme toutes les jeunes femmes, et fait preuve d’un dynamisme contagieux qui force le respect

 

 

Derniers articles
Ophélie connait la langue des signes